Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 12:35

Jerry_Maguire_movie_poster.jpg

Film américain de Cameron Crowe, réalisé en 1996, avec Tom Cruise et Renée Zellweger.

Synopsis

Le scénario s'inspire de la vie de l'agent sportif Leigh Steinberg qui fut consultant sur le film. 

Jerry Maguire (Tom Cruise) est un jeune et brillant agent sportif qui travaille dans un cabinet qui gère les sportifs à l'américaine, c'est-à-dire comme des actions ou des chevaux de concours. Un jour, après être allé voir l'un de ses protégés hospitalisé et avoir pris conscience de ce qu'il était devenu, il écrit une profession de foi dans laquelle il appelle ses collègues à mettre plus d'humanité dans leur travail. A partir de là, il est grillé dans son travail et tous ses collègues, y compris ses plus proches amis comme Bob Sugar (Jay Mohr) le lachent. Il démissionne et quitte la boîte pour monter la sienne en compagnie de la seule personne qui le soutient, Dorothy Boyd (Renée Zellweger), l'une de ses assisantes, maman célibataire d'un adorable petit Ray. 

En toute bonne foi, Jerry pensait que ses plus gros clients, des sportifs de haut niveau devenus des amis, lui resteraient fidèles mais, cédant aux promesses de Bob, tous, à part un, le trahissent.

Le seul à lui rester fidèle est Rod Tidwell (Cuba Gooding Jr.), un joueur de football black à l'ego surdimensionné, plus doué en paroles que sur le terrain. 

Lors d'une dispute où il annonce à sa petite amie, Avery (Kelly Preston), qu'ils ne partagent plus désormais les mêmes valeurs, Jerry se retrouve seul, celle-ci l'accusant d'avoir choisi le camp des loosers et elle celui des winners.

Malgré tout, grâce à la fidélité de Rod, au soutien de Dorothy qui, avec Ray, lui apporte la stabilité d'une famille qu'il n'a pas eue, Jerry remonte la pente et reconquiert peu à peu une nouvelle clientèle.

Mon opinion sur ce film 

Bien entendu, ce film est un poncif de toutes les valeurs américaines à lui tout seul où l'on retrouve tous les ingrédients du "rêve américain" : argent, succès, pouvoir que l'on perd d'un coup, tombant immédiatement du côté des loosers, mais aussi, possibilité de "rebondir" et de faire encore plus fort qu'avant, si l'on a le courage de relever ses manches et de se battre. 

Mais, abstraction faite de ce constat, ce film est efficacement mené, malgré un sujet qui pourrait ne pas nous passionner, nous européens, car il traite de l'univers bien particulier du sport professionnel américain. Comme toujours, Tom Cruise, en chevalier blanc, est parfait et les autres acteurs, Renée Zellweger en tête et surtout le petit Ray (Jonathan Lipnicki), craquant à souhait, sont aussi excellents. Un coup de chapeau particulier à Cuba Gooding Jr., hilarant dans son numéro d'egocentrique au grand coeur et un autre à Jay Mohr, qui joue le rôle de Bob Sugar, en traitre sans complexe. J'avais beaucoup apprécié dans le rôle du professeur Payne des premières saisons de Ghost Whisperer pour son humour décalé et regretté sa disparition dans les saisons suivantes.    

La bande son du film fait aussi partie des excellentes bandes originales du cinéma américain avec d'excellents morceaux de Paul McCartney, Presley, The Who, Nirvana, AC/DC ou Bruce Sprinsteen.

Le film a eu un important succès commercial, avec un taux de critiques positives de 85 % sur Rotten Tomatoes et a reçu de nombreux prix. 

 Disponible en DVD.

Mon classement

 Sans être exceptionnel, très bon film.

Si vous avez aimé, vous aimerez :


Repost 0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 14:01

un_chateau_en_espagne_2007-1.jpg

Un château en Espagne est un film français d'Isabelle Doval sorti en 2008. 

Synopsis

Maxime Breal (Jean Senejoux) et Esteban Marquès (Martin Jobert) habitent le même immeuble et leurs familles sont amies. Maxime ayant pour mère une avocate très occupée, Emma Breal (Anne Brochet), il a surtout été élevé par les Marquès, des Espagnols expatriés en France, le père de famille, Lluis étant entraîneur d'une équipe professionnelle.

Les deux garçons sont inséparables. Ensemble, ils font toutes les bêtises de leur âge et Maxime, qui est un bon élève, aide souvent esteban, beaucoup plus dissipé, à faire ses devoirs. Tous les deux sont aussi passionnés par le théâtre et, dans le grenier de l'immeuble, préparent des pièces dont Maxime est le metteur en scène et Esteban, particulièrement doué pour jouer la comédie, l'acteur. 

Mais un jour, Maxime surprend une conversation entre les parents d'Esteban. Lluis a eu une proposition intéressante en Espagne et la famille s'apprête à repartir définitivement dans leur pays et retrouver leur maison de famille, qu'ils appellent le "château" à St. Jacques-de-Compostelle.

Maxime prend très mal cette nouvelle et, pendant quelque temps, il bat froid à Esteban, qui ne comprend pas ce changement d'attitude à son égard jusqu'à ce que son ami lui dévoile son secret. Esteban n'a pas vraiment la réaction qu'attendait de lui Maxime : bien sûr, s'il est triste de quitter son ami, il est aussi content de retourner en Espagne et s'y faire de nouveaux amis.

Un jour, Maxime découvre une annonce de casting et, pensant que si Esteban est sélectionné, il restera en France. Il convainc sa mère de les aider et de proposer aux parents d'Esteban de l'héberger pendant qu'ils seront en Espagne.

Mon opinion sur ce film

L'idée de départ (une amitié entre deux enfants) était alléchante. Je connaissais l'un des deux jeunes acteurs, Martin Jobert (qui joue le rôle d'Esteban) pour l'avoir remarqué dans Les enfants de Timpelbach où, dans le rôle de Willy Hak, il crève littéralement l'écran. Il m'a un peu déçu dans ce rôle. Il faut dire que, dans ce film, il avait deux ans de moins que dans Les enfants de Timpelbach et nettement moins de métier. Paradoxalement, Jean Senejoux a, dans Un château en Espagne, plus de présence. 

Mais les enfants ne sont pas en cause. Par contre le scénario, si. Sur une idée qui aurait pu être excellente, la réalisatrice, dont c'est, il est vrai, le premier film, n'a pas su bâtir autre chose qu'une gentille comédie basée sur l'amitié convenue entre deux enfants que la vie va séparer. Dommage car il y a de belles scènes qui auraient pu être mieux exploitées comme celle du pique-nique sur fond de musique gitane, celle où les deux complices jouent au toréador, etc. 

 Disponible en DVD.  

Mon classement

 Moyen. Une jolie comédie mais sans véritable ressort dramatique, même par moments légèrement ennuyeuse. A regarder uniquement pour la prestation des deux jeunes acteurs. 

Voyez plutôt

Repost 0
23 août 2012 4 23 /08 /août /2012 12:42

le-papillon

Le papillon est un film français réalisé par Philippe Muyl avec Michel Serrault, sorti en décembre 2002.

Synopsis

Julien, un retraité, se passionne pour les papillons qu'il collectionne. Dans son immeuble, au-dessus de son appartement où il vit seul avec un chat et dont il a transformé une pièce en écloserie, emménage une jeune femme et sa fillette de 8 ans environ, une gamine rousse et délurée du nom d'Elsa. 

La mère l'ayant eu à 16 ans, elles ont vécu de foyer en foyer et c'est leur premier logement mais, plus occupée par son travail (elle est aide-soignante) et ses amants, la mère d'Elsa néglige sa fille qui jette son dévolu sur Julien. Celui-ci, malgré son caractère bougon, est un brave homme et, lorsque, parti à la recherche d'un papillon extraordinaire, l'isabelle, il trouve Elsa "dans ses bagages", il ne pense pas une minute à la ramener à sa mère et la recueille avec lui pour la semaine.

Pour la fillette, qui n'a vécu qu'à la ville et dont on comprend que la vie n'a pas été rose, cette découverte de la nature est comme une entrée au paradis. Malgré son côté revêche, Julien la prend en affection et lui fait partager sa passion. 

Mais il faut bien un jour quitter le paradis. Un soir, après une dispute due au fait qu'Elsa a fait fuir le fameux papillon isabelle, Julien, furieux, lui enjoint de partir. La gamine, effrayée, s'en va dans la nuit et tombe dans un aven. le lendemain, Julien part à sa recherche et, l'ayant trouvée au fond de l'aven, heureusement indemne, il fait appel aux secours pour aller la rechercher. 

Mais ce qu'il ne sait pas c'est que, croyant à un enlèvement, la police est à la recherche du soi-disant "kidnappeur" et de sa "victime". On sauve donc Elsa et Julien est emprisonné et très vite relâché car il s'avère qu'il n'est pas coupable d'enlèvement. 

Au cours du film, nous apprendrons son émouvant secret et le pourquoi de sa recherche éperdue du papillon nommé isabelle.

 

Mon opinion sur ce film

Très joli film d'amitié, de tendresse. Michel Serrault y est parfait en grand-père de substitution bougon et la petire Claire Bouanich est en tout point magnifique. 

Mon classement

 Très bon film qui peut être vu par tout public.

Vous pouvez voir aussi :

 

Repost 0
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 17:46

loveactually-dvd.jpg

 

Comédie romantique britannique de Richard Curtis (2003). Ce film était son quatrième après les célèbres Quatre mariages et un enterrement, Le journal de Bridget Jones, Coup de foudre à Notting Hill...   

Synopsis

Le début (et la fin) du film nous montrent des images de retrouvailles de voyageurs de tout âge et de toute condition à l'arrivée de l'aéroport d'Heathrow (Londres). Une voix off (qui est celle de David/Hugh Grant) commente ces images en disant que "à chaque fois qu'il se sent triste, il pense à cet amour simple et naturel que ressentent tous ceux (enfants, amis, amoureux...) lorsqu'ils se retrouvent après un voyage dans un aéroport". La voix ajoute que tous les messages laissés par les victimes du 11 septembre à leurs proches furent des messages d'amour et non de haine.  Ce commentaire donne le ton général du film qui est censé se passer un mois avant Noël et raconte les histoires d'amour croisées de ses divers et nombreux personnages.

L'épilogue, qui se place un mois après, nous montre comment se sont nouées et dénouées les histoires d'amour des protagonistes. 

Casting

Le casting de ce film est prestigieux. Au côté de Hugh Grant (qui incarne un improbable 1er ministre), on trouve Emma Thompson, Keira Knightley, Colin Firth, Liam Neeson, Bill Nighy, Claudia Schiffer, etc.

Bande son

La bande son originale a été composée par Craig Armstrong. On y entend Dido, Maroon 5, Norah Jones, The Beach Boys, Texas, Otis Redding, etc.

Mon opinion sur ce film  

Gentillette comédie romantique carrément décevante au regard du casting. Sans toutefois rejoindre la critique au vitriol que fit Will Self de ce film ("La plus malsaine et grotesque manipulation des sentiments de l'audience de cinéma depuis Le triomphe de la volonté de Leni Riefenstahl", ce qui est tout de même légèrement excessif, je n'ai pas trouvé beaucoup d'intérêt à ce film même si j'ai ri ou souri à certaines répliques (en particulier d'Hugh Grant) ou apprécié le jeu d'un acteur de 10 ans, Thomas Sangster, dont la maturité m'a stupéfié. Il est aussi musicien et c'est lui qui joue de la batterie dans le film. Pour ce rôle, il a été nominé pour un "Golden Satellite Award" and "Young Artist Award. Malgré son jeune âge, Love actually était son 7ème film. Accessoirement, il s'avère aussi être un cousin de Hugh Grant. 

Mon classement 

 Gentillet. Si vous n'avez rien d'autre à faire, vous passerez un moment agréable. A déconseiller cependant aux enfants de moins de 12 ans car certaines scènes "chaudes" pourraient être choquantes. 

Voyez plutôt, dans le genre comédie légère ne prenant pas la tête :

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog Ciné de Rock07
  • Le blog Ciné de Rock07
  • : Ce blog est consacré au cinéma et aux séries TV. J'y parle principalement des films et des séries que j'aime mais je me réserve aussi le droit d'en critiquer certains.
  • Contact

Visites

Recherche